Photographier en intérieur
28 juillet 2023

Que ce soit pour de la photo d’architecture, de bien immobilier, de reportage ou de portrait, photographier en intérieur présente toujours les mêmes difficultés : une faible lumière ambiante. Quelques astuces permettent de composer avec ces contraintes. 

 

 © Unsplash

 

Pour photographier, il faut de la lumière. Or même par beau temps, les espaces intérieurs en manquent généralement. Si bien que pour exposer correctement ses images, il n’y a pas d’autre choix que d’ouvrir le diaphragme, ce qui a pour conséquence de réduire la profondeur de champ, de poser plus longtemps avec le risque de voir apparaître un flou de bougé ou un flou cinétique ou encore de régler une valeur de sensibilité ISO élevée entraînant une montée de bruit disgracieuse et une faible dynamique. La première chose à faire est donc d’exploiter au maximum la lumière ambiante. Pour un portrait ou une nature morte, approchez votre sujet de la fenêtre pour disposer du maximum de lumière possible. Choisissez alors bien votre point de vue pour donner la direction voulue à cette lumière. En contre-jour, elle ne vous sera d’aucune aide pour éclairer votre sujet alors que latéralement, elle produira une ombre qui peut être douce, jolie et souligner les volumes de votre sujet. 

 

Sur un sujet fixe 

Si vous photographiez un sujet immobile, une chambre à coucher pour un hôtel ou une maison d’hôte, ou un objet, vous pouvez utiliser un très long temps de pose sans incidence esthétique sur votre image. À condition que vous puissiez correctement stabiliser votre appareil pour que ce ne soit pas vous qui bougiez. Un trépied vous sera alors pratiquement indispensable pour assurer une bonne stabilité. Grâce à lui, vous pourrez régler un diaphragme suffisamment fermé pour obtenir une grande profondeur de champ et employer la sensibilité la plus basse possible afin de disposer de la qualité d’image la plus grande. Que cela implique de poser plusieurs secondes n’aura pas d’incidence.  

Songer que si vous utilisez alors la lumière ambiante, allumer les lampes de chevet par exemple apportera un peu de chaleur et de vie à une photo qui aurait été plus plate. Attention alors à bien régler la balance des blancs pour un environnement globalement neutre et des touches de lumière chaude. Utiliser un trépied présente également l’avantage de pouvoir réaliser plusieurs images qui se superposeront parfaitement pour une fusion HDR. C’est la méthode à adopter si vous avez un grand écart de lumière entre différentes zones : un intérieur sombre et une fenêtre qui laisse voir l’extérieur par exemple.  

En réalisant une photo exposée pour l’intérieur et une autre pour la zone visible par la fenêtre, vous pourrez, après fusion de ces images, obtenir une photo correctement exposée en tous points. 

 

En reportage ou en portrait 

Si vous photographiez des sujets en mouvement, vous ne pourrez évidemment pas utiliser un long temps de pose sans voir apparaître de flou cinétique provoqué par ses déplacements. Le trépied n’est donc d’aucune aide et seul un court temps de pose permettra d’obtenir une bonne netteté.  

Pour éviter de trop monter en sensibilité, il faut donc apporter un éclairage supplémentaire à la lumière du jour. Par sa puissance et son faible encombrement, le flash est le plus adapté. Mais attention à en faire bon usage. Dirigé directement vers le modèle, sa puissance pourra être adaptée à une bonne exposition sur ce dernier. Mais l’arrière-plan sera alors très sombre et si un premier plan se trouve sur la trajectoire de cette lumière, il sera surexposé et produira une ombre portée 

Diriger le flash sur un mur ou un plafond pour éclairer le sujet de manière indirecte, par la réflexion de la lumière peut être une meilleure solution pour compenser un environnement trop sombre. Pour ce faire, il faut disposer d’un flash de reportage avec une tête orientable. 

 

Chacun des cursus proposés par l’école EFET Photographie aborde toutes les facettes du métier de photographe de manière à ce que les étudiants puissent exprimer leur créativité en toutes situations. L’école s’adresse aussi bien aux jeunes bacheliers avec une formation au Bachelor Photographie en trois ans qu’aux adultes en reconversion avec un Bachelor intensif en un an, des cours du soir et des cours à temps partiel. 

200