Qu’est-ce que le bokeh en photographie ?
8 juin 2023

Issu du japonais « boke » qui signifie flou, le terme de bokeh est utilisé en photographie pour désigner le flou de profondeur de champ, celui qui se situe à l’avant et à l’arrière du plan de netteté. C’est un élément essentiel de l’esthétique des images.

 

 

© Pixabay

 

Comment retranscrire sur une photographie en deux dimensions la profondeur d’une scène ? En jouant sur les zones nettes et les zones flou et donc sur la profondeur de champ ! Plus elle est grande, plus les zones nettes de l’image seront nombreuses et plus la photographie sera descriptive.

Si au contraire la profondeur de champ est faible, la zone de netteté sera concentrée sur une infime partie du sujet et les éléments présents à l’avant et à l’arrière seront flous : on ne verra pas d’eux des points précis mais des tâches plus ou moins grandes. Plusieurs facteurs influent sur la profondeur de champ – la focale de l’objectif, la distance de mise au point et l’ouverture du diaphragme – et donc sur le bokeh.

 

 

Forme et esthétique

 

Pour produire un bokeh intense et prononcé, préférez une longue focale, réalisez la mise au point sur un sujet proche ou bien encore utilisez une très grande ouverture de diaphragme. Mais la qualité du bokeh, sa forme et ses nuances dépendent directement de l’objectif et de la forme de son diaphragme.

Si ce dernier est parfaitement circulaire, les tâches visibles sur l’image seront, elles aussi, circulaires et le bokeh progressif et velouté. Aux plus grandes ouvertures, si l’objectif souffre d’un vignetage important, ces tâches prendront une forme ovale sur les bords de l’image. C’est ce que l’on appelle l’effet « œil de chat ».

Si le diaphragme a une forme octogonale, le bokeh présentera des tâches de même forme. Si bien que certains objectifs atypiques disposent même de plaques de diaphragme avec des formes carrés, en étoiles, etc. pour autant d’effets différents sur le bokeh.

On notera également que la qualité de surface des lentilles a une incidence sur la qualité du bokeh. Si elle n’est pas parfaitement régulière, les tâches ne seront pas parfaitement uniformes. Elles afficheront des cercles concentriques appelés « onion rings » ou encore rondelles d’oignons peu esthétiques.

Enfin, notez que si vous fermez le diaphragme et augmentez par conséquent la profondeur de champ, les sources ponctuelles à l’arrière-plan prendront la forme d’étoiles dont le nombre de branches est directement lié au nombre de lamelles du diaphragme.

 

 

Un outil de narration

 

Jouer sur l’intensité et la forme du bokeh est un élément capital dans l’esthétique des photographies et dans leur dimension narrative. En optant pour une grande profondeur de champ et un faible bokeh, les photos sont plus descriptives, le spectateur va alors s’intéresser à toutes les zones de l’image alors que les faibles profondeurs de champ permettent de concentrer le regard du spectateur sur une zone précise et minimisent l’importance de l’environnement.

Cette technique est très utilisée en portrait pour faire ressortir le sujet et le détacher visuellement de l’arrière-plan flou mais elle peut servir dans toutes les disciplines de la photographie.

Un bokeh intense et marqué peut également ajouter un effet de douceur ou de rêverie. Car à l’oeil nu, nous voyons avec une profondeur de champ immense, c’est en jouant sur le bokeh que nous donnons une dimension photographique aux images.

 

 

Via ses différentes formations, du bachelor en trois ans aux cours à temps partiel en passant par le bachelor intensif en un an, l’EFET Photographie apporte à ses élèves les connaissances techniques et culturelles nécessaires pour qu’ils abordent les différentes facettes du métier de photographe. L’inscription à l’école se fait après analyse de dossiers et entretien de motivation.

200