Comment réussir un filé en photographie ?
20 décembre 2023

Pour retranscrire le mouvement et la vitesse en photographie, il faut utiliser un long temps de pose et produire du flou. Si l’appareil reste fixe, c’est le sujet en déplacement qui apparaîtra flou. Alors qu’en le suivant pendant l’exposition, il sera net et l’arrière-plan flou : c’est la technique du filé. 

 

Péniche avec une roue de sauvetage

© flickr

C’est en photo de sport sur des athlètes, pour photographier des véhicules ou sur des animaux en pleine course que la technique du filé est la plus utile. Elle consiste à suivre le sujet pendant qu’il se déplace en utilisant un temps d’exposition prolongé. En suivant le sujet avec son appareil photo et en le maintenant donc à une position fixe dans le cadre, il apparaîtra net sur l’image et le mouvement opéré par le photographe produira une traînée floue sur l’arrière-plan. C’est elle qui va retranscrire le mouvement et produire une impression de vitesse.  

Pour que l’effet fonctionne, il faut donc utiliser un temps de pose adapté à la vitesse du sujet et le suivre correctement pendant son déplacement. Le filé s’effectue donc sur un sujet qui se déplace d’un bout à l’autre du cadre mais peut difficilement être réalisé lorsque ce dernier s’approche ou s’éloigne du photographe. 

 

Le bon temps de pose 

Plus le temps de pose en long, plus le flou sur l’arrière-plan sera marqué et l’effet de filé saisissant. Encore faut-il être capable de suivre correctement le sujet pendant cette durée tout en effectuant un geste de translation sans tremblement. Songez également qu’un véhicule pourra être net de bout en bout mais qu’un coureur bougera les jambes et les bras et que seul son visage pourra donc être net. Le bon temps de pose varie donc en fonction du sujet photographié.  

Un véhicule en pleine course est suffisamment rapide pour qu’un temps de pose d’1/125s permette de produire un filé mais ne sera pas adapté à un coureur de fond par exemple. Un temps de pose entre 1/30s et 1/4s sera alors préférable. Le bon temps de pose sera donc choisi au fur et à mesure des essais. Pour éviter que les systèmes de stabilisation ne compensent les mouvements du photographe et n’aillent à l’encontre d’une jolie traînée horizontale sur l’arrière-plan, sachez que de nombreux objectifs possèdent plusieurs modes de stabilisation dont un n’agit que sur les tremblements verticaux. 

 

Autofocus continu et rafale 

Le filé étant utilisé sur des sujets en déplacement, il convient de régler son autofocus en mode AF-C ou Ai Servo pour s’assurer d’une bonne mise au point sur ce dernier au moment du déclenchement. Utiliser le mode rafale est également une option intéressante. Car la vitesse du sujet n’est pas toujours constante et le mouvement du photographe pas évident à caler sur ses déplacements.  

Multiplier les prises de vue favorise donc les chances de réussite. Enfin, songez que si l’arrière-plan apparaîtra flou, sa couleur et ses contrastes auront tout de même une incidence sur l’esthétique des images. Un arrière-plan sur lequel se trouve de multiples éléments accentuera donc l’effet de flou. Enfin, pour un filé réussi, pensez à vous placer parallèlement à la trajectoire du sujet pourle suivre du mieux possible pendant son déplacement. Commencez par vous entraîner à suivre votre sujet pour parfaire votre geste avant de déclencher. Ensuite, multipliez les essais pour adapter vos réglages et votre geste. 

 

 

Le filé, comme beaucoup de techniques de photographie, demande des connaissances théoriques, de la patience et beaucoup de pratique. Des fondamentaux que l’école EFET Photographie enseigne à ses élèves pour les accompagner dans l’apprentissage du merveilleux métier de photographe. Des portes ouvertes sont organisées toute l’année pour découvrir les infrastructures de l’école et pour échanger avec les professeurs et les élèves. 

200