WILLIAM EGGLESTON
Actualité publiée le 24 septembre 2014

From Los Alamos Folio 1, Memphis, 1965 [supermarket boy with carts](c)William Eggleston _Courtesy Wilson Centre for Photography

NOIR OU COULEUR, LA VIE TOUTE SIMPLE

« From Black and white to color », le titre annonce un passage que l’histoire connaît bien :  la photo a commencé en noir et blanc, elle s’est enrichie par la couleur. Or, dans les années 1960 qui voyaient la couleur investir le territoire de la publicité et des loisirs des amateurs était passablement boudée par les milieux du marché de l’art. En se mettant à utiliser cette couleur jugée triviale sinon vulgaire, une poignée de photographes allait à contre-courant de ce que la photographie érigeait en « fine art » et quand on voit aujourd’hui à quel point la couleur investit la photographie contemporaine, on apprécie la portée de cette avant-garde que William Eggleston, Stephen Shore et Joel Meyerovitz ne proclamaient pas eux-mêmes. L’exposition de la Fondation HCB permet bien sûr de voir le saut franchi par Eggleston à partir du moment où, au milieu des années 1960 il s’est montré satisfait du nouveau procédé Dye transfer, qui permettait le tirage sans trahison du film Kodachrome en grand format. Ce sont ces tirages originaux au rendu somptueux que le visiteur est invité à apprécier, avec la période noir et blanc qui laisse les « faux Cartier-Bresson » que le jeune photographe s’ingéniait à produire, jusqu’à s’intéresser à l’univers trivial des objets et des situations très ordinaires qui allaient faire la matière de toute l’œuvre, en couleur comme en noir.
Hervé Le Goff

 

William Eggleston, From Black and white to Color, Fondation HCB, 2, impasse Lebouis, 75014 Paris, jusqu’au 21 décembre 2014.

200