ROMAN VISHNIACDe Berlin à New York, 1920-1975
Actualité publiée le 15 octobre 2014

Hall de gare, Anhalter Bahnhof, près de Potsdamer Platz. Berlin, 1929 – début des années 1930 © Mara Vishniac Kohn, courtesy International Center of Photography

L’HISTOIRE ET LA SCIENCE

Le très bel espace  du Musée d’art et d’histoire du Judaïsme offre la première rétrospective du photographe américain, déclinée sur plusieurs niveaux, parallèlement à une existence complexe, infléchie par l’Histoire et guidée par la volonté farouche d’accomplir une œuvre scientifique. Perpétuel émigré, quittant Moscou pour Berlin, Berlin pour Paris, embarquant à Lisbonne pour s’établir enfin à New York, Roman Vishniac a produit une œuvre documentaire considérable au profit des organisations allemandes et américaines d’entraide aux communautés juives d’Europe centrale, avant et pendant les persécutions nazies. Reporter talentueux qui parvenait à concilier information et esthétique, Vishniac a développé sa production avec l’installation de son studio à New York en 1941, où il a su se construire une réputation de portraitiste couru par tout ce qui brillait sur la scène culturelle de Manhattan. L’après-guerre devait revoir le photographe dans Berlin en ruines, davantage inspiré par la détresse des civils que par la vision d’apocalypse d’une capitale déchue. A la fin de sa vie, son travail de témoin accompli, Roman Vishniac s’est consacré pleinement à la photomicrographie dont, en autodidacte,  il s’était fait le spécialiste.  Par un maître à découvrir, une magnifique évocation des temps forts du 20e siècle.

Hervé Le Goff

Roman Vishniac. De Berlin à New York, 1920-1975. Muse d’art et d’histoire du Judaïsme, Hôtel de Saint-Aignan 71, rue du Temple Paris 3e. Jusqu’au 25 janvier 2015.