MEGGY THERESINE La soufrière
Actualité publiée le 19 décembre 2014

Soufriere-01

Il est des endroits, des pays, si petits d’apparence, qu’on ne soupçonne pas la beauté qui s’y cache. À quelques mois de quitter ce paradis qui m’a vu naître,  je ressens l’intense besoin de redécouvrir celle qui nous fait trembler chaque jour en Guadeloupe… La Soufrière ! 1465 mètres de volcan que je n’ai plus foulés depuis vingt ans. Des fumerolles, aux odeurs sulfureuses et corrosives d’œuf pourri, se dégagent des entrailles de ce monstre qui interroge autant qu’il impressionne, empêchant toute ascension. Et pourtant, dans ce milieu d’apparence si hostile, une vie insoupçonnée fourmille. Tout un micro cosmos microcosme se développe, invisible et secret. Des myriades de couleurs explosent à mes yeux curieux  mon regard: de la mousse aux nuances arc-en-ciel, des fougères de dégradés rose et vert, des roches argileuses glissantes ralentissent la progression et obligent à s’arrêter sur cette nature foisonnante. Une beauté méconnue surgit du néant et je me perds dans ces lumières à l’immortaliser.
Meggy Theresine