Ces photographies ont été prises en ce début d'année 2017, elles se partagent entre des vues de Paris que je connais bien pour y habiter, et des paysages du Havre et d'Étretat que j'ai découverts. J'associe les deux séries sur l'idée qui m'est apparue petit à petit, d'une relation entre l'homme et la nature, chacun s'invitant chez l'autre, laissant au passage les jetées du port empiétant sur la mer, les fumées d'usines se fondant en nuages, un chemin forestier s'insinuant dans l'espace urbain et les volées de mouettes au-dessus de la ville. Le parti pris d'un rendu dense en noir et blanc, d'un format presque panoramique en cadrage vertical vient autant d'une vision poétique privilégiant la grisaille d'un ciel d'hiver que de convictions écologiques sur la pollution atmosphérique acquises au cours de mes séjours berlinois. Je pense que mes prochains travaux se situeront dans cette approche artistique et militante de l'environnement, dans la recherche d'un équilibre agressif/harmonieux.

Sofiane Vergnet