Je me suis inspiré du portraitiste américain Robert Mapplethorpe. J’apprécie en effet la manière dont il établit le contraste entre le fond et son modèle, sans effets extravagants d'éclairage. 
Auteur de remarquables compositions de fleurs pâles sur fond noirs, arums, lys ou tulipes blanches, Mapplethorpe a photographié beaucoup de sujets noirs à la musculature prononcée et, sans l'imiter, j'ai voulu à mon tour explorer cet univers. J’ai réalisé ces photos dans ma chambre, en prenant pour arrière-plan un mur bleu marine et un mur blanc, de manière à disposer de deux valeurs de gris. J’ai, la plupart du temps, demandé aux modèles de se mettre dans des positions droites et frontales, face à l'objectif, et j'ai utilisé comme unique lumière celle qui provient de la fenêtre située en hors-champ, à droite.
 J’aime la douceur et la pureté que dégagent ces photos.
 Epurée, sans artifice, telle est l’harmonie parfaite établie entre un fond et une peau.
Martin Paris