S'il fallait définir la démarche photographique de Marine Grégoire, on dirait qu'elle emprunte des formes et des couleurs pour les rendre en représentations parfaites, esthétiques et formelles. On oublierait cette composante ineffable qui est l'affaire de la sensibilité, dès lors qu'un élément humain, simple silhouette ou figuration intelligente, vient faire vibrer le décor du réel, découvert au fil des voyages. Au-delà des destinations offertes par les agences, le tourisme de Marine Grégoire trouve une autre dimension, familière et poétique, absolument étrangère à l'anecdote, pour offrir à son spectateur ce que la peinture, la littérature et le cinéma savent donner de mieux : l'évasion. Et comme une toile, un livre, un film ne sont jamais aussi forts que lorsqu'ils sont économes d'effets, chacune ces photographies livre une impression à la fois unique et universelle, sans même appeler sa légende : à Berlin ou à Venise, sur un flanc de colline ou en bord de mer, dans un musée ou dans un théâtre, on est toujours avec soi-même et on est toujours ailleurs.

Hervé Le Goff